Habay : belle escapade aux portes de l'Ardenne

La commune compte six monuments et sites classés, tandis que 105 biens y sont repris à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel. Partons à la découverte de quelques morceaux choisis.

Facilement accessible, Habay est traversée par l’autoroute E411 ainsi que par plusieurs nationales, et desservie par la ligne 162 du chemin de fer reliant Bruxelles à Luxembourg.
Facilement accessible, Habay est traversée par l’autoroute E411 ainsi que par plusieurs nationales, et desservie par la ligne 162 du chemin de fer reliant Bruxelles à Luxembourg.

Par Frédéric Marchesani / Photos Vincent Rocher

La verdoyante commune de Habay, dans le sud de la province du Luxembourg, est située à la croisée de régions linguistiques et géographiques. Elle compte dix villages, dont la majorité se trouvent en Lorraine : Hachy dans le pays d’Arlon, huit autres en Gaume (Habay-la-Neuve, Habay-la-Vieille, Harinsart, Houdemont, Marbehan, Nantimont, Orsinfaing et Rulles), et un (Anlier) en Ardenne.

Ardenne et Lorraine sont deux régions géographiques ; la célèbre forêt d’Anlier en constitue d’ailleurs la porte d’entrée. La Lorraine belge est, quant à elle, divisée en deux sous-régions linguistiques historiquement définies par la langue vernaculaire qu’on y parlait autrefois : le patois gaumais pour la Gaume et le patois luxembourgeois pour le pays d’Arlon. Les circonscriptions administratives actuelles chevauchent parfois ces réalités historiques et géographiques. Facilement accessible, Habay est traversée par l’autoroute E411 ainsi que par plusieurs nationales, et desservie par la ligne 162 du chemin de fer reliant Bruxelles à Luxembourg, dont Marbehan constitue un des principaux arrêts. La commune est aussi traversée par la Rulles, un tumultueux affluent de la Semois.

Chateau de la Trapperie. ©Vincent Rocher
Chateau de la Trapperie. Vincent Rocher ©photo Vincent Rocher SPW-AWaP

Historiquement, Habay est occupée depuis le Néolithique, comme l’ont prouvé des silex découverts au sud de la commune. De nombreux sites gallo-romains inventoriés sur le territoire habaysien témoignent de l’importante occupation des lieux au Ier siècle de notre ère. La villa Mageroy, aux abords du village de Habay-la-Vieille, un des plus importants sites archéologiques de la région, était une exploitation agricole de taille occupée du Ier au IVe siècle de notre ère. Visitable, le site est fouillé depuis plusieurs années par un groupe d’archéologie local. Au Moyen Âge, les villages suivent la destinée de leurs voisins : comté d’Arlon ou comté de Chiny, puis comté de Luxembourg et enfin duché de Luxembourg.

La chapelle Saint-Hubert à Habay-la-Vieille. À l'orée des bois, cette petite chapelle est dédiée au patron des chasseurs, mais également à Notre-Dame de Luxembourg. Ce culte local est lié à la statue de Notre-Dame consolatrice des Affligés, datée du XVIe siècle, protectrice de la ville de Luxembourg. À partir du XVIIe siècle, il devient très populaire dans le duché, qui s'étendait grosso modo sur l'actuelle province du Luxembourg et le Grand-Duché. Située à la sortie du village, érigée vers 1700 et restaurée en 1835, la chapelle s'inscrit dans un site qui, à l'origine, était planté de trois tilleuls. Depuis 2007, il n'en reste malheureusement qu'un, probablement centenaire. Les lieux ont été classés en deux temps : comme site (ensemble formé par la chapelle et le tilleul) en 1984 et comme monument (chapelle) en 1994.

Lire aussi >Our : la charme envoûtant des Ardennes

Chapelle Saint-Hubert – rue de la rochette. ©Vincent Rocher
Chapelle Saint-Hubert – rue de la rochette. Vincent Rocher ©photo Vincent Rocher SPW-AWaP

La chapelle Notre-Dame du Mont Carmel à Rulles. À l'écart du village, le site de l'ancien cimetière de Rulles abrite un vénérable édifice, implanté à l'emplacement de l'ancienne église paroissiale du village, détruite en 1819. Cette chapelle de style classique a été bâtie vers 1850. Elle est dédiée à Notre-Dame du Mont Carmel, un des multiples vocables utilisés pour évoquer la Vierge. Sa dénomination vient du mont Carmel, en Terre sainte, qui a également donné son nom à l'ordre des carmélites. On y accède par un porche sous bâtière en plein cintre surmontée de l'inscription « ND du Mont Carmel priez pour nous 1850 ».

La façade, essentée d’ardoises, est percée d’un oculus et surmontée d’un clocheton carré, lui aussi recouvert d’ardoises. Il a été reconstruit en 1951 et privé de sa croix en fer forgé en 1953. Cette dernière a été replacée au croisement de la rue du Calvaire et de la rue Maurice Grevisse la même année. Le sanctuaire s’inscrit au milieu du champ des morts, clôturé d’une muraille hexagonale percée d’une entrée à deux piliers amortis par un boulet. Sur le flanc de la chapelle, on admire quelques belles croix funéraires en fonte, dont une millésimée 1848. D’autres croix en calcaire gréseux du XVIIe siècle, au galbe voluté, ont également été conservées. Le site est placé sur une petite butte qui offre une vue imprenable sur les paysages variés de la région. L’endroit bénéficie d’un classement comme ensemble architectural (chapelle, mur d’enceinte et pierres tombales) et comme site depuis 1997.

Chapelle Notre-Dame du Mont Calvaire. ©Vincent Rocher
Chapelle Notre-Dame du Mont Calvaire. Vincent Rocher ©photo Vincent Rocher SPW-AWaP

Étangs et châteaux. La commune d'Habay possède de nombreux étangs, plans d'eau et rivières. Ceux-ci sont bordés de demeures de prestige parmi lesquelles plusieurs châteaux. La forte présence d'eau a, dès le XVe siècle, facilité une activité industrielle qui va perdurer jusqu'au XIXe siècle. Les forges de Bologne, tout près du bel étang du même nom, sont citées dès 1475 et seront suivies par la Neuve-Forge, les forges du Châtelet, la forge Chapiron ou encore les célèbres forges du Pont d'Oye. Bien des vestiges situés le long des sentiers de promenade rappellent qu'autrefois, les minerais firent la fortune de la région. De cette aventure passée subsistent des châteaux et manoirs qu'on ne se lasse d'admirer.

Fief de la famille Nothomb, où a grandi en partie le père de la célèbre romancière, le château du Pont d’Oye se refait une beauté depuis plusieurs années. Il a été édifié au XVIIIe siècle mais fut modifié par deux fois, en 1827 et 1846. Siège d’une forge devenu château de plaisance, il accueille aujourd’hui des mariages et autres événements. Plus loin dans le village, au bord de l’étang du Châtelet, le château du même nom abrite l’administration communale depuis la fusion des communes de 1977. À Habay-la-Vieille, le château de la Trapperie a été édifié en 1731 sur le site d’une forge fondée par le Liégeois Herman Trappé, et plusieurs fois agrandi au XIXe siècle. Cette splendide demeure plantée de tours et piquées de multiples lucarnes s’inscrit au cœur d’un parc d’une très grande qualité.

Les anciens lavoirs. Typiquement rural, le lavoir est l'endroit où l'on venait rincer son linge. Beaucoup n'ont malheureusement pas survécu à l'invention des machines électriques, mais plusieurs restent aujourd'hui des témoins de cette époque révolue. L'Ardenne et la Lorraine en conservent un nombre conséquent, parfois protégés par une mesure de classement.

Harinsart – Lavoir de la prairie. ©Vincent Rocher
Harinsart – Lavoir de la prairie. Vincent Rocher ©photo Vincent Rocher SPW-AWaP

C’est le cas de celui de Marbehan, un ancien hameau de Rulles devenu un important village avec l’arrivée du chemin de fer en 1858. Le lavoir, été bâti sur le modèle de celui de Rulles érigé un an plus tôt, y a été inauguré en 1896. Après l’enlèvement des anciens bacs de lavage, il a été réhabilité en maison des jeunes. En 2012, il profita d’une belle restauration et, depuis 2013, sert de salle de village. Une annexe contemporaine est venue se greffer sur la façade arrière et une placette a été aménagée à l’avant. Il est classé comme monument depuis 1983.

Lire aussi >À la découverte de la rénovation urbaine de Marche-En-Famenne

À Harinsart, hameau du village de Rulles, le lavoir a été classé en même temps que celui de Marbehan. Érigé en 1896, il est protégé par une bâtière d’ardoises et, à l’intérieur, doté de deux bacs en pierre calcaire. À l’avant, le long de la chaussée, on note la présence de deux bacs qui servaient à faire boire le bétail et les chevaux. Souvent point d’eau principal des villages, le lavoir était en effet fréquemment doté d’abreuvoirs.

ORGANISEZ VOTRE VISITE

La commune de Habay compte bien des atouts qui raviront les amoureux de patrimoine, de nature ou encore de gastronomie. Le site internet de la Maison du tourisme du pays de la forêt d’Anlier regorge d’informations et propose des dizaines de balades à réaliser à pied, en vélo, à cheval, en famille… La commune compte également deux syndicats d’initiative. Un marché du terroir prend place à Habay-la-Neuve tous les samedis de 9 h et 12 h et une marche Adeps aura lieu à Marbehan le dimanche 5 février.

Chateau et etang du Chatelet. ©Vincent Rocher
Chateau et etang du Chatelet. Vincent Rocher ©photo Vincent Rocher SPW-AWaP

INFOS

Maison du tourisme du pays de la forêt d'Anlier

Grand-Place 2 à 6840 Neufchâteau

+32 (0)61 21 82 05 — info@capsureanlier.be

www.capsureanlier.be

Syndicat d'initiative de Habay-la-Neuve

Rue du Luxembourg 3 à 6720 Habay-la-Neuve

+32 (0)63 42 22 37

Syndicat d'initiative de Marbehan

Place de la Gare 8 à 6724 Marbehan

+32 (0)478 65 77 38

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...