Christophe Ruggia, radié de la société des réalisateurs de films après les accusations de l’actrice Adèle Haenel

Au lendemain de la publication de l’article de Médiapart, dans laquelle la réalisatrice Adèle Haenel accusait le réalisateur Christophe Ruggiad’«attouchements»et de«harcèlement sexuel»alors qu’elle n’était âgée que de 12 ans,le réalisateur vient d’être exclu à l’unanimité par le conseil d’administration de laSociété des réalisateurs de films(SRF). L’association a égalementassuré «son soutien total et sa reconnaissance à la comédienne Adèle Haenel».

BELGA/AFP
BELGA/AFP

Nous vous partagions hier le témoignage glaçant d'Adèle Haenel dans lequel elle témoigne de «l'emprise» importante du cinéaste lors du tournage du film Les Diablesoù le réalisateur, alors âgé de 36 ans, aurait été l'auteur d'»attouchements» et de «harcèlement sexuel».De son côté, le réalisateur de 54ans a déclaré«réfuter catégoriquement avoir exercé un harcèlement quelconque ou toute espèce d'attouchement sur cette jeune fille alors mineure». Il a également supprimé son compte Facebook et Twitter depuis la parution de l'article.

Lire aussi > Le témoignage glaçant d’Adèle Hanael sur le réalisateur qu’elle accuse d’attouchements

«Suite à l'enquête parue dansMédiapart, la SRF exprime son soutien total, son admiration et sa reconnaissance à la comédienne Adèle Haenel, qui a eu le courage de s'exprimer après tant d'années de silence. Nous tenons à lui dire que nous la croyons et que nous en prenons acte immédiatement, sans nous dérober à notre propre responsabilité», a indiqué la SRF dans un communiqué. «Nous avons lancé ce jour la procédure de radiation de Christophe Ruggia de la SRF», ajoute l'association professionnelle de cinéastes, qui compte près de 300 réalisateurs et réalisatrices français.

Le réalisateur à la filmographie relativement brève, était connu pour ses engagements à gauche. Il était l'une des figures de la SRF qu'il a coprésidée en 2001, 2006, 2013, 2014 et 2018. En 2017, suite aux révélations sur l'affaire Weinstein, la SRF s'était engagée à«œuvrer pour une révolution des rapports hiérarchiques dans l'industrie du cinéma(…)encore trop inégalitaire, fortement hiérarchisée»et contre les«abus de pouvoir, centralisation du pouvoir dans les mains des mêmes, dérives sexuelles s'appuyant sur la part affective à l'œuvre dans le processus de fabrication des films». Le Monde a partagé le témoignage de la co-présidente de l'association, Catherine Corsini :«On a passé la journée assommés et dévastés. (…)On l'a contacté pour savoir s'il présentait sa démission mais il ne l'a pas fait; on a donc décidé de procéder à sa radiation ».

Cette exclusion est une première pour la SRF, fondée en 1968. Jamais auparavant elle n’avait procédé à l’exclusion d’un de ses membres.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...